Raymond JOLY
maître-graveur


Accueil


Vie & Oeuvre


Graveur Général


Facettes


Journal de Joly


Annexes


Liens & Biblio

...

RAYMOND JOLY-CLARE,
VIE ET OEUVRE
4/2/1911-18/6/2006

 

Page mise à jour le 25 octobre 2006

 

"Histoire d'un p'tit poulbot"
(source : Le Tailleur de Fer, éditions J'étais une fois)

*****

L'ENFANCE

Raymond JOLY-CLARE est né à Paris le 4 février 1911 au quartier Montmartre.

Parmi les premiers souvenirs d’enfance qu’il garde, ce sont les airs de clairon sonnant le début ou la fin de l’alerte selon le passage des avions venus bombarder la ville, et " l’image du petit gnome qui habite le disque noir d’un phonographe "

Dans son enfance, il dessine sans arrêt, et sur ses dessins à la plume, une petite voisine lui a appris à gratter des crayons de couleur.

Raymond JOLY est le benjamin dans une famille de quatre enfants.

Il se rappelle encore des hebdomadaires de son enfance " L’intrépide, Les Belle Images me ravissent "

Lorsque qu’il a environ cinq ans, sa maman, blanchisseuse de son état, lui achète des " Jean Cousin " (petite brochure à cinq centimes). Il s’efforce d’y tirer des traits, en suivant les contours déjà indiqués. En 1918, quelques jours avant la fin de la guerre, alors qu’il a à peine 7 ans, sa mère décède, épuisée par le travail. Il reste donc seul avec ses sœurs, sans jamais revoir son père.

A 9 ans, à l’école communale, il commence à dessiner et à peindre, il est le meilleur de sa classe en dessin. En 1924, à cause d’une anémie persistante, il est envoyé dans une école de plein air où il passe son certificat d’études.

L'APPRENTISSAGE

En 1926, à 15 ans, il est placé comme apprenti ciseleur en bronze à l’école de la Chambre de Commerce, il en sort le premier au bout d’un an, s’étant révélé d’une habileté manuelle exceptionnelle. Il poursuit plusieurs apprentissages de ciseleur orfèvre. En 1929, il est embauché dans un atelier où un contremaître lui apprend la gravure en creux. Le soir et le dimanche matin, il continue à suivre les cours de la ville de Paris, aux Arts Appliqués, pour perfectionner ses connaissances.

LE SERVICE MILITAIRE

En 1932, il part faire son service militaire dans le Génie, à Versailles, mais s’étant entendu dire qu’il faisait " le déshonneur de la compagnie " (ne pouvant pas marcher au pas), il est envoyé finir son temps aux Invalides, où l’on avait besoin d’un dessinateur-affichiste.

Après avoir fait la fête la veille de la rentrée à la vie civile, il est voté dix-huit mois de service pour le contingent de l’année. Or, il est le seul a être ajourné parmi ses camarades de la classe 31. Quand il va voir ses copains, il se fait huer... Il en sera très peiné.

En 1933, il reprend son travail dans l’atelier qu’il a quitté. Mais le contremaître a quitté cette entreprise pour devenir professeur à l’Ecole Boulle où il a formé plusieurs graveurs de la Monnaie de Paris.

PREMIERS TRAVAUX

En 1937 Raymond JOLY devient décorateur du Pavillon de l’URSS lors de l’Exposition Internationale.

A la fin de l’Exposition, après une glorieuse " bamboula " d’adieux, il reçoit un livre accompagné d’un diplôme portant la mention : Au Tovaritchde R.JOLY, en récompense de son travail de choc au Pavillon de l’URSS.

L’Exposition terminée, il est sans travail.

1939 : ENTREE A LA MONNAIE DE PARIS

En 1939, Prost un de ses anciens professeurs, lui suggère de rentrer à la MONNAIE DE PARIS en tant que graveur.

En 1940, pendant la " drôle de guerre ", il dessine, peint, et réalise sa première sculpture en taille directe, il grave des insignes pour les compagnies de l’Aisne.

1942 : PREMIER GRAND PRIX DE ROME

En 1942, il reçoit le Premier Grand Prix de Rome, part pour la villa Médicis à Rome où il rencontre tous les autres pensionnaires : architecte, musicien, sculpteur…

Revenu à Paris en 1946, son activité professionnelle se développe rapidement : il reçoit la commande de l’édition d’une médaille pour la Monnaie de Paris, vases en céramique pour la manufacture de Sèvres, sculptures pour la ville d’Innsbruck, réalisation de vitraux pour la restauration d’une chapelle à Roubaix, la décoration intérieure de l’Hôtel de Ville de Belfort : réalisation d’un ensemble de médaillons des maires pour la salle d’honneur.

1958 : GRAVEUR GENERAL DES MONNAIES

Monsieur Raymond JOLY est nommé, à la fin de l’année 1957, par le décret du Ministère des Finances, Graveur Général des Monnaies.

Il succède à Lucien Bazor, qui prend sa retraite. Ainsi le 19 janvier 1958 à 8 heures, on frappe à sa porte. Surpris, il voit entrer son Maître Henri Dropsy.

Le patron lui déclare : " JOLY, vous êtes Graveur Général des Monnaies ! "

Il est heureux car, enfin, tous ses efforts ont abouti à quelque chose de merveilleux. La première chose à faire lorsqu’on devient Graveur Général c’est de choisir un " différent " (signe symbolique permettant de reconnaître l’authenticité des monnaies.) Il choisit la chouette.

Le début de sa carrière est très important, il reçoit la charge de la mise au point de la nouvelle monnaie française, le " nouveau franc ", et son symbole, la Semeuse.

Il est très fier de réaliser ce projet.

Raymond JOLY-CLARE restera au poste de Graveur Général des Monnaies de 1958 à 1974. Pendant cette période, il est amené à travailler pour d’illustres personnages : les Académiciens pour qui il confectionne des épées, la principauté de Monaco pour qui il créée une pièce de 5 francs, le Président Pompidou qui lui demande de réaliser une monnaie en or pour son voyage officiel au Gabon (il n’a jamais eu aussi peur du résultat car il n’a eu que huit jours pour la confection). Il expose au Musée Monétaire en présence de Monsieur Giscard d’Estaing, alors Ministre des Finances, et rencontre Monsieur Salvador Dali, qui signe une de ses œuvres.

1974 : LA RETRAITE

En 1974, Raymond JOLY-CLARE prend sa retraite et s’installe avec sa sœur dans l’Oise. Mais ce n’est pas pour autant qu’il arrête ses activités. Des commandes de toutes sortes continuent à arriver : une médaille pour le monument de Louison Bobet, pour le musée de Saint-Denis, la décoration de la salle de jeux de l’école maternelle de Noailles. Il réalise pour le plaisir, étant toujours en recherche de nouveautés, des petits tableaux avec des timbres-poste, des gravures sur ardoise, des peintures sur verre dont il réalise des vidéos.

En 2005, il vit seul dans sa maison, où de temps à autre il peint encore ou sculpte suivant ses désirs.

Raymond JOLY-CLARE est décédé le 18 juin 2006 au soir, à l'âge de 95 ans.

Raymond JOLY-CLARE est Chevalier de la Légion d’Honneur, Officier de l’Ordre National du Mérite, Officier des Arts et des lettres et décoré de la Croix du Combattant.

 


Raymond Joly pendant la réalisation de la médaille du Bicentenaire mulhousien (1998-1999)
photo Michel Charbonnier 


Médaille du Bicentenaire mulhousien (1999)

Article paru dans le journal "L'Alsace" du 1er Février 2000 (site : www.alsapresse.com)

Bicentenaire médaillé

C'est Raymond Joly, Grand Prix de Rome et ancien Graveur général des Monnaies, qui a réalisé la médaille du Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la France.

Michel Charbonnier ne cache pas sa passion pour la numismatique. Aussi, lorsque Mulhouse a fêté en 1998 le bicentenaire de sa réunion à la France, ce Mulhousien n'a pas manqué l'occasion de proposer la réalisation d'une médaille commémorative de cet anniversaire en lançant une souscription avec le soutien de la Ville et de la Chambre de commerce et d'industrie.

Cette médaille a été frappée par la Monnaie de Paris, en bronze florentin, en septembre dernier. Elle a été éditée à 110 exemplaires (module de 59 mm). Six autres exemplaires ont été fabriqués spécialement en tirage de tête avec une toile, portant son diamètre à 68 mm. Un exemplaire a été confectionné en argent en module de 59 mm. A l'avers, elle représente la place de l'Hôtel de Ville de Mulhouse lors de la fête de la réunion le 15 mars 1798, d'après une gravure ancienne de G. Dantzer, avec l'inscription circulaire " Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la France 1798-1998". Sur le revers de la médaille, le thème s'intitule " La République apporte l'abondance". Le graveur s'est inspiré d'une oeuvre anonyme du XVIIIe siècle figurant sur un foulard conservé au Musée historique et symbolisant l'industrie textile et la prospérité mulhousienne de cette époque. Michel Charbonnier n'est pas peu fier non plus d'avoir pu faire graver cette médaille du Bicentenaire par l'un des plus grands spécialistes de cet art, Raymond Joly. Ancien Premier Grand Prix de Rome, Raymond Joly est aujourd'hui Graveur général des Monnaies honoraires.

La médaille du Bicentenaire est visible à l'office du tourisme de Mulhouse." L'outillage existe encore, un complément de fabrication peut encore être envisagé pour les personnes intéressées ", indique Michel Charbonnier.

1/1/2000

La modestie d'un homme au talent extraordinaire.

Pierre Dehaye, membre de l'Institut, évoque notamment " la modestie d'un homme au talent extraordinaire ". Né à Montmartre en 1911, c'est en 1942 que Joly, formé notamment à l'école des arts appliqués, puis à l'Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts, se voit décerner le Premier Grand Prix de Rome de gravure en médaille. C'est en 1957 qu'il devient Graveur général des Monnaies, fonctions qu'il assume jusqu'à sa retraite en 1974. Tout au long de cette carrière, de cette vie vouée à la gravure, il a créé plus d'un demi-millier de médailles. Autant de chefs d'oeuvres marqués de la " chouette " en guise de " différent ", ce signe symbolique qu'utilisent les graveurs généraux pour attester de l'authenticité des monnaies. Raymond Joly a par ailleurs réalisé en 1980 un grand médaillon pour le lycée Louis Armand, représentant Louis Armand (1905-1971). Une oeuvre qui figure d'ailleurs dans vingt et un établissements éducatifs qui portent le nom de Louis Armand.

 

 

Page suivante :
GRAVEUR GENERAL

 

 HAUT DE PAGE

 

 CONTACT